Shipping to Colombia

Top

// Nikon D7000, nikon 18-200, lumix ft3 | 10.43598 : -75.53658 Balboa yatch club | alt. 12 m

Avant toute chose, il faut preciser l’absurde de la situation : apres les prouesses technologiques et le genie humain afin de faire communiquer l’ocean Atlantique et le Pacifique, nous nous retrouvons a traverser un pont pour passer d’un continent a l’autre, pour decouvrir enfin que la panamericaine, cette route qui traverse le continent americain du nord au sud, a un “trou” de 60kms dans la foret du Darien, a la frontiere Colombienne.

Ce trou n’est pas franchissable, ou presque, il faut donc obligatoirement passer par la mer !

Recit de la traversee du Darien, 3 jours de paperasse au Panama.

Jour 1

Notre agent Boris nous a tres bien explique la procedure a suivre au Panama, et il faut commencer par obtenir un permis de sortie pour le vehicule (car il est interdit de quitter le pays sans on vehicule, et vice versa). Ce qui nous donnera egalement le droit de quitter le pays sans lui !

– se rendre pour 9h du matin au centre d’inspection de la police technique dans les bidons ville de Panama : N8.96587° W79.54447°
faire refroidir le moteur et attendre 10h pour qu’un agent vienne verifier le VIN, et qu’il corresponde avec le permis d’importation temporaire. Ca prend 2 min ! Par contre, l’endroit ressemble a un depotoire, et ca craint un peu……
C’est tout pour la matinee, il faut attendre 14h pour recuperer le permis dans le batiment d’en face….

Du coup nous repartons pour le vieux Panama histoire de visiter un peu. Rien de tres joli pour autant, nous allons au musee du canal, tres riche en details poltiques, mais absolument rien sur la prouesse technologique de l’ouvrage……quand meme decevant ! Wikipedia offre pour le coup bien plus d’info qu’une visite au musee ou aux ecluses….

– 14h, nous revenons en meme endroit, il y a un pont pour traverser la voie rapide, et nous nous rendons au grand batiment de la police technique. Ne pas prendre la porte principale, il faut prendre le petit batiment sur la gauche. On laisse notre permis de conduire a l’entree en echange d’un pass visiteur, et nous allons dans un petit bureau. On remplit un papier, puis 10min plus tard, nous obtenons le permis de sortie du vehicule.

– il y a une echope qui fait des photocopies a la sortie, faire 7 copies du permiso fraichement acquis !
Demain nous avons une journee off, pas de papiers, nous repartons pour le balboa club.

Jour 2 : rien ! il faut attendre que la paperasse se fasse :p Boris notre agent s’occupe de tout.

Jour 3 Ultime jour de paperasse :
– Nous retrouvons Boris tot le matin sur le parking d’un mall. La, nous suivons sa voiture jusqu’au port de Colon. C’est un bordel pas possible ici, et nous nous garons sur le bas cote au milieu d’un chantier de construction. Le batiment des douanes est juste la.
Nous donnons nos 6 dossiers de photocopies, on attend, puis nous donnons nos passeports, afin d’obtenir le permis de sortie du pays sans notre vehicule, et le tour est joue (Boris s’occupe de tout, nous on attend sur une chaise.)
C’est ici que nous lui disons au revoir, nous devons maintenant suivre une autre voiture jusqu’au terminal de chargement de Colon. Notre nouveau guide apporte des papiers a la securite, puis 20min plus tard, on nous fait signe de rentrer. Les vehicules sont peses, fouilles, puis nous rentrons dans le terminal, en zigzaguant entre les conteneurs. Nous devons attendre au milieu pendant une quizaine de minutes car notre conteneur n’est toujours pas au sol.

Nous reprenons la route pour 100m pour arriver en vue de notre boite. Marek rentre en premier, le guide cloue des cales derriere les roues et pose les sangles, je rentre ensuite, en serrant le plus possible, et ce n’est pas facile car ils ne nous ont pas mis de passerelle pour grimper dans la boite ! L’avant du van tape un peu, les roues arrieres patinent sur le metal……ca rentre finalement sans avoir a passer en 4 roues motrices.
On prend des photos, on galere comme pas possible pour refermer la porte du conteneur, puis un officiel arrive pour poser le sceau sur le verou. On recupere une autre pile de papiers, et c’est fini ! Il faut payer 1400 $usd en cash :p
Notre guide nous appelle un taxi, les autres vont a l’hotel tandis que nous partons directement a l’aeroport pour prendre le 1er vol demain matin.

L’aeroport de Panama city est une sombre blague, le wifi gratuit ne fonctionne pas, et le seul restaurant propose la nourriture la plus infame de tout le continent a des prix dignes d’un palace.
On reserve nos billets et commencons les recherches de logement pour Cartagena. C’est pas facile, loin de la, et on y passera la nuit, sans dormir, avant de nous envoler au petit matin…..

 

You have to be logged in .